Vulcano, terre de volcans

Italie
Vulcano, terre de volcans

eoliennes
italie
volcan
vulcano
Partager
Jean Saint Martin | 03.03.2010 | 4496 visites | 0Favoris |
Jean Saint Martin

Dès la descente du bateau et à peine le pied posé sur le quai de Porto di Levante, le ton est donné : une odeur caractéristique de soufre flotte dans l’air … Pas de doute, nous venons d’accoster sur une île volcanique où les émissions de gaz sont encore actives.

Vulcano, terre de volcansCes émanations, qui ne ressemblent pas vraiment à un doux parfum, conjuguées aux risques d’éruptions ont longtemps éloignés les hommes de ce territoire insulaire situé au nord de la Sicile. D’ailleurs, la petite île de Vulcano a finalement été la dernière de l’archipel des Eoliennes à être habitée. Mais de nos jours, c’est bien ce curieux environnement volcanique qui pousse les visiteurs à venir découvrir les abords de ce volcan assagit. Des boues thermales aux vertus apaisantes, de belles plages bordées d’eaux cristallines et de superbes côtes rocheuses ajoutent intérêt et charme à la destination.

Alors qu’une agréable brise marine vient dissiper les surprenantes senteurs sulfureuses, les conditions deviennent idéales pour entamer la découverte de l’île du dieu Vulcain.

Près du cratère, parmi les fumerolles

A tout Seigneur, tout honneur … c’est vers la crête du volcan de la Fossa di Vulcano que nous entamons la visite. Du haut de ses 390 mètres le vénérable volcan au cône tronqué domine de sa silhouette imposante tout le nord de l’île de Vulcano. Sur ses flancs, on aperçoit nettement une trace qui s’élève en zigzague vers son sommet ; histoire de dévoiler d’emblée la grimpette que doivent gravir les vaillants randonneurs avides de sensations fortes et de panoramas à couper le souffle … et j’en suis !

Vulcano, terre de volcansC’est donc parti pour la randonnée, au départ cela ressemble à une promenade de santé, un léger faux plat sur une petite route bitumée … c’est ensuite que cela se corse un peu, surtout si l’on précise que l’atmosphère est étouffante en cette belle journée estivale. Qu’à cela ne tienne ! Il faut progresser avec détermination sur ce sentier pentu où le sol constitué de sable noir à la fâcheuse tendance à se dérober sous les pas. La végétation verdoyante composée essentiellement de genets se raréfie à mesure que l’on prend de la hauteur laissant un horizon bien dégagé. Le point de vue est admirable, il surplombe le petit village ainsi que la presqu’île de Vulcanello située à l’extrémité nord de l’île. Profitant de cette pose bienvenue, le regard prend le temps de se diriger vers l’île de Lipari et ses côtes déchiquetées puis se perd ensuite à l’horizon où l’on distingue à travers la légère brume de chaleur d’autres îles : Panarea ainsi que Stromboli, l’île-volcan la plus célèbre de tout l’archipel des Eoliennes. Peu après, la texture du sol change carrément, passant de l’aspect de dune de sable sombre à celui d’un chemin terreux d’où une fine poussière vole à chaque enjambée. De part et d’autre du sentier le versant est sillonné de profondes crevasses, certainement l’effet du ruissèlement de l’eau des pluies hivernales sur cette croûte de boues ocre. Encore un petit effort ! Il faut ensuite parcourir un champ de graviers à l’aspect lunaire parsemés de gros blocs de pierres noires et c’est enfin l’arrivée sur la crête qui domine le cratère.

Vulcano, terre de volcansEt là, le grandiose panorama sur les îles et la mer (pourtant sublime) est sérieusement concurrencé par la vue du cratère et des fumerolles. En contrebas et au centre de cet impressionnant cratère (500 mètres de diamètre), on distingue un amas de sédiments volcaniques grisâtres Quelques initiales et inscriptions ont été écrites en lettres géantes sur ce fond de volcan par de courageux (ou inconscients ?) visiteurs voulant à tout prix laisser une trace de leur passage près des entrailles de la Terre !

Vulcano, terre de volcansMais ce qui attire le plus l’œil en ce lieu, ce sont ces roches et ce sol couverts de cristaux jaunes de soufre, par endroits, le soufre prend une belle teinte ambrée comme si il était « caramélisé » par les hautes températures … Bon, côté odeurs, celles qui se dégagent et fusent entre les pierres n’ont vraiment pas une senteur sucrée mais comme vous pouvez le supposez, mais plutôt une tenace odeur d’œuf pourri ! Certains randonneurs très prévoyants sont même équipés de masques conférant à leur silhouette un aspect fantomatique lorsque les vents tourbillonnants les enveloppent de vapeurs sulfureuses. Dans un tel décor, pour un peu, on imaginerait presque voir apparaître entre fumeroles et champs de pierre la silhouette d’Haroun Tazieff teintée de son inimitable accent rocailleux …

Village et plage

Vulcano, terre de volcansAprès une descente facile et rapide (ouf !), c’est au cœur du hameau situé au pied du monstrueux volcan que l’on arrive maintenant. Ici, au croisement des deux rues principales trône le buste sculpté du maître du territoire : le dieu Vulcain qui d’un œil figé mais attentif observe sans relâche son volcan préféré. Pour les Grecs, cette île de Vulcano était la patrie d’Héphaïstos, le dieu du feu … toujours le même registre ! Un bourg à l’atmosphère paisible où quelques passants se promènent tranquillement tandis que des vélos et un scooter (pétaradant) sillonnent le village. Autour des maisons aux murs blanchis abondent des jardins plantés d’arbres fleuris ; une profusion d’hibiscus rouges, de bougainvillées mauves et de lauriers roses qui apportent de belles touches de couleurs. Cette partie de l’île est un lieu résidentiel pour les estivants et vacanciers, les habitants permanents de Vulcano (environ 720 personnes) sont installés en majorité, plus au sud à Piano, dans une caldeira endormie depuis belle lurette et donc à l’écart des fumerolles et autres solfatares …

Comme cette destination touristique est assez prisée, il y a aussi dans les ruelles du village les incontournables restaurants, cafés, petits commerces de souvenirs et d’articles de plage … d’ailleurs la plus belle baie de sable de l’île est à proximité, à quelques centaines de mètres seulement. J’ai hâte de m’y rendre pour une baignade réconfortante après cette éprouvante randonnée pédestre.

Vulcano, terre de volcansMême si j’ai un penchant naturel pour la beauté des baies de sable clair, cette anse régulière a de quoi séduire … bien que son sable soit par endroits noir comme de la suie, région volcanique oblige ! Les eaux cristallines qui bordent le sable, tièdes à souhait, sont un vrai bonheur pour tout amateur de bain de mer. Ils sont bien sûr nombreux à en profiter en ce début d’après-midi presque caniculaire. Le moment est tellement plaisant que la baignade s’éternise, cela laisse tout loisir pour contempler le charme du lieu. Au-delà du rivage, des paillottes et des parasols colorés se trouvent de petites dunes de sable noir sur lesquelles poussent un peu de végétation verte constituée de roseaux. La baie est harmonieuse et forme un parfait arc de cercle qui se termine au sud par un piton rocheux. Tout droit émergé des fonds sous-marins, c’est un « faraglione » comme on les appelle ici dans l’archipel : un pic formé de lave dure qui a résisté à l’érosion naturelle. Ensuite ce n’est qu’une succession de falaises escarpées et de côtes découpées. Elles abritent des grottes et des criques qui font la joie des plaisanciers Des rochers léchés par des eaux qui se teintent d’un merveilleux bleu turquoise lorsque le soleil brille …c'est-à-dire pratiquement en permanence pendant la saison estivale !

D'étranges monstres ...

Rien de tel qu’un bain revivifiant pour vous donner l’énergie de poursuivre la randonnée et la découverte du nord de l’île. C’est vers un autre volcan assoupi, Vulcanello, que le chemin me mène. Un volcan qui a surgit des fonds marins près de deux siècles avant notre ère. Bien après, dans les années 1500, à la suite d’éruptions successives un isthme de lave s’est formé, le reliant au reste de l’île de Vulcano. Certes, ce volcan est moins impressionnant que celui de la Fossa di Vulcano, il ne s’élève qu’à 120 mètres d’altitude et est en partie dissimulé par une végétation verdoyante. Cependant, la promenade dans cette presqu’île s’avère très plaisante.

Vulcano, terre de volcansUne belle rangée d’eucalyptus borde la petite route qui côtoie de luxueuses villas, toutes très protégées derrière leurs murets et leurs jolis parcs fleuris. Quant à la vue dont bénéficient ces charmantes demeures, on ne peut que l’imaginer, assurément un panorama de mer bleue agrémentée par la silhouette des îles Eoliennes … une vision de rêve ! Dans cette extrémité de l’île, la tranquillité et le silence sont de mise, avec seulement quelques bruits feutrés provenant des villas et parfois d’un scooter de passage, il n’y a pas même un chant de cigale qui conviendrait pourtant si bien à cette atmosphère très méditerranéenne.

Vulcano, terre de volcansMais le but de ma balade, je l’aperçois maintenant. Un champ de lave dominant la belle bleue et peuplé de créatures issues de l’imagination des hommes … Ici, dans la « vallée des monstres » des blocs de lave disséminés dans le paysage offrent de drôles de silhouettes sombres aux visiteurs. C’est vrai que la sculpture naturelle qui se dresse devant moi évoque de façon surprenante la silhouette d’un ours noir ! La forme d’une tête à la puissante mâchoire se détache parfaitement sur ce fond de ciel bleu. Le gigantesque animal figé ainsi n’effraie finalement personne, pour un peu, on pourrait presque le caresser … sauf que son pelage formé d’une pierre lavique acérée n’évoque pas vraiment celui d’un doux nounours ! D’autres « animaux » rodent dans cette étonnante savane volcanique et l’on se prend vite au petit jeu des ressemblances … un lion par ici ? Un bovidé avec ses cornes par là ! Tous ces énormes blocs de lave proviennent en fait d’une violente éruption du Vulcanello. Ce sont des bombes de magma projetées dans les airs depuis le cratère et qui en refroidissant ensuite prennent ces formes à l’aspect très particulier.

Les volcans de l’île de Vulcano ont ainsi donné leur nom à une catégorie de volcans, appelée : vulcanienne. Explication. L’activité éruptive de ce type de volcan provoque une accumulation importante de lave visqueuse qui a tendance à se solidifier dans la cheminée volcanique. Ensuite, c’est la puissance des gaz emprisonnés sous ce magma épais qui parvient à faire exploser l’ensemble … comme un bouchon de Champagne ! Ces éruptions sont toujours extrêmement violentes et destructrices, pour s’en convaincre, il suffit d’observer la taille (impressionnante) des bombes volcaniques de cette fameuse vallée des monstres.

Un bain un peu particulier

A Vulcano, on ne profite pas seulement des bains de mer mais aussi des vertus thérapeutiques des boues thermales. A deux pas de la mer et du port, un bassin naturel s’avère être un lieu très animé. Les amateurs de soins naturels n’hésitent pas à braver l’odeur ambiante pour se plonger dans une eau opaque et grisâtre. Que ne ferait-on pas pour retrouver une douce peau de bébé ou renvoyer aux oubliettes quelques douleurs rhumatismales ?

Vulcano, terre de volcansLa présence de sédiments d’alun et leurs propriétés astringentes confèrent à ces boues sulfureuses, à priori peu attirantes, des propriétés reconnues pour leurs bienfaits … même si des mauvaises langues affirment que l’essentiel est avant tout d’en être persuadé ! Après avoir acquitté 2 euros, on pénètre dans un enclos autour de ce bassin. Les baigneurs sont prévenus, il est fortement conseillé d’ôter montres et bijoux qui contrairement à la peau n’apprécient vraiment pas la composition chimique de ces eaux. De même, il est souhaitable d’utiliser des maillots de bains usagés car les teintes éclatantes des maillots tendances risquent fortement d’être altérées au contact de ses originales eaux de baignade ! Avant de tenter l’expérience, je préfère observer les curistes … enfin les baigneurs ! La scène est cocasse avec le contraste entre les corps encore hâlés des visiteurs hésitants et les autres déjà enduits de boues blanchâtres. Certaines personnes, pour sans doute accentuer les effets du bain, sèchent au soleil en sortant de l’eau jusqu’à ce que la pellicule de boue soit transformée en une croûte. D’autres, n’en finissent pas d’appliquer sur toutes les parties de leur corps cette glaise. A bien les observer, on pourrait presque les prendre pour des membres d’une peuplade primitive se préparant à une quelconque cérémonie rituelle voulant à grand renfort d’enduit se peindre le corps.

Vulcano, terre de volcansA mon tour de bénéficier de ce bain très particulier. D’abord, on avance prudemment, l’eau est tellement trouble que l’on ne voit pas vraiment le relief du fond du bassin qui s’avère peu profond mais quelque peu glissant … et surtout par endroits franchement brûlant ! La température moyenne de ces eaux est d’environ 35°C et la sensation est plutôt plaisante à mesure que l’on s’immerge le corps. Comme mes voisins de baignade, je cherche avec les mains la boue qui recouvre le fond du bassin et me voilà m’enduisant généreusement le thorax et les bras … et tant que j’y suis, je n’oublie pas mon visage. Avec un tel masque de boue, les visages prennent de drôles d’expression, n’est-ce pas ? C’est carnaval avant l’heure ! Après une dizaine de minutes de bains et d’applications de boue, il est temps de se rincer, soit dans les douches près du bassin (et 1 euro de plus !) ou de façon plus naturelle dans la mer toute proche. Là, c’est gratuit et l’on bénéficie de plus d’un soin supplémentaire, un massage énergique de la plante des pieds tellement les galets sont nombreux ! Mais surtout, quelle agréable sensation, l’eau ici est parfaitement translucide et partout animée d’une multitude de petites bulles dont l’origine se perd entre les galets : un véritable jacuzzi naturel du à l’activité volcanique du sol. Et une fois bien rincer et sécher, on constate effectivement que la peau est plus douce … mais elle est aussi parfumée d’une tenace odeur de soufre, il fallait s’y attendre !

Un volcan sous surveillance

Une île se dévoile aussi en l’observant depuis un point de vue aérien, le plus grandiose est celui dont on bénéficie depuis l’île sœur de Lipari qui n’est située qu’à quelques encablures au Nord (environ 1 km).

Vulcano, terre de volcansLà, depuis les hautes falaises la vue domine tout Vulcano et ses volcans assoupis. Car si la petite île se présente avec ses atouts de destination touristique alliant découverte et plaisirs balnéaires, elle demeure une terre de volcans … qui se réveilleront peut être un jour ! Aussi, l’île est sous haute surveillance depuis un Observatoire qui est situé ici même, sur la côte de Lipari. Dans ces locaux où autrefois les militaires italiens surveillaient le détroit qui sépare les deux îles ce sont maintenant les géophysiciens et les vulcanologues qui à l’aide de nombreux capteurs surveillent le monstre endormi ! Sans cesse, ils scrutent le volcan, enregistrent les mouvements sismiques du sol et analyses la composition des gaz émanant du cratère. Des scientifiques sensibles au moindre indice qui pourrait annoncer une reprise imminente de l’activité de Vulcano et un risque éruptif. L’histoire du volcanisme de l’île fait état d’éruptions violentes environ une fois par siècle … et la dernière remonte à l’année 1880 !

Depuis ce belvédère naturel, en admirant ce panorama d’une île paisible entourée d’une mer si calme, on a vraiment du mal à imaginer le scénario catastrophe d’une éruption dans un tel décor de rêve. Alors contemplons sans retenue l’île de Vulcano, il est toujours temps !

Partager
Jean Saint Martin | 03.03.2010 | 4496 visites | 0Favoris |
18
photos associées
Vulcano, terre de volcansVulcano, terre de volcansVulcano, terre de volcansVulcano, terre de volcansVulcano, terre de volcansVulcano, terre de volcansVulcano, terre de volcansVulcano, terre de volcansVulcano, terre de volcansVulcano, terre de volcansVulcano, terre de volcansVulcano, terre de volcansVulcano, terre de volcansVulcano, terre de volcansVulcano, terre de volcansVulcano, terre de volcansVulcano, terre de volcansVulcano, terre de volcans

info plusinfo plus

Vulcano est une des sept îles habitées de l’Archipel des Iles Eoliennes Elle est située la plus au sud de cet archipel dont les îles les plus connues sont Stromboli et son célèbre volcan et Lipari (île principale).
Vulcano (720 résidents et bien plus en été …) s’étend sur environ 7km pour près de 3 de large, l’île est distante du nord de la côte sicilienne d’environ 30 kilomètres.
Après avoir été un lieu d’extraction du soufre et d’une colonie pénitentiaire, la petite île est désormais un site touristique très prisé: séjours balnéaires, découverte du volcanisme et bains thermaux dans les boues sulfureuses !

S’y rendre : En bateaux (pas d’aérodrome, seul un héliport).
- Depuis la Sicile (Milazzo) en hydrofoil (environ 3/4 h) ou depuis l’île de Lipari (en 1/4h).
- Excursions à la journée depuis Lipari (de 10h à 18h avec navigation le long de la superbe côte sud de Lipari et ses pitons rocheux. Au départ de Lipari, pour passer plus de temps sur Vulcano (sans y coucher), on peut prendre les lignes régulières pour passagers Ustica Lines, elles partent du port plus de bonne heure le matin que les bateaux d’excursions …
Y séjourner : Hôtels et camping et location de scooter afin de parcourir l’île jusqu’à la côte sud, belles plages peu fréquentées aux environs du pittoresque hameau de Gelso.

Fossa di Vulcano : Pour atteindre la crête au bord du cratère, les concrétions de soufre et les fumerolles, le sentier à emprunter est payant en été : 3 Euros ! Randonnée sans grande difficulté (environ 1 h de montée régulière) mais attention à la chaleur … se munir de boissons et de bonnes chaussures ! On peut aussi faire le tour du cratère (3/4 h en plus !).

Plages de Vulcano : Sable noir … mais aussi de gros graviers et de nombreux galets qui torturent les pieds. Le port de sandales de bain est vraiment souhaitable.

Renseignements touristiques sur Internet: Un site très complet sur les îles Eoliennes et donc sur Vulcano : http://www.aasteolie.info/

1
commentaires à ce reportage
Souhaitez-vous faire un nouveau commentaire ? Cliquer ici
Jean Saint Martin

Un voeux pour 2012 ? Retrouver de nouveaux reportages sur Participez.com ... Bonne année à tous ! ”

Jean Saint Martin | 03.01.2012 10h38

Créer un compte

Aujourd’hui voyageur,
demain rédacteur...

Une sélection de 3 articles sera mise en avant chaque mois

Créer un compte
Envoi d'un site thématique

Thématiques : farfouillez avec nous !

Si vous connaissez l'adresse d'une "pépite du net", n'hésitez pas à la partager avec nous !

Envoi d'un site thématique
Envoi d'un site utile

Développons ensemble l'annuaire des sites utiles

Vous connaissez un site utile pour les voyageurs ? Indexez-le dans notre annuaire.

Envoi d'un site utile

info plustags associés