Pêche au gros à St-Martin

Saint - Martin
Pêche au gros à St-Martin

Partager
Claude Rigaud | 16.11.2009 | 5161 visites | 1Favoris |
Claude Rigaud

St-Martin île de contraste.

Situé en plein coeur des Caraïbes, St-martin est une destination incontournable pour les amateurs de soleil et d’activités nautiques. Que se soit , pour faire, de la voile, du bateau, des sports aquatiques, ou tout simplement pour vous faire dorer sur une des nombreuses plages de sable fin de l’ile. Vous y trouverez, tout ce dont vous avez besoin, pour passer des vacances inoubliables, en famille ou entre amis. Mais parmi toute cette gamme d’activités offertes, il y en a une qui se démarque particulièrement, c’est “la pêche au gros”. St-Martin est bordée d’un coté par la mer des Caraïbes et de l’autre par l’Atlantique. Les eaux entourant l’ile, sont très poissonneuses et la pêche y est excellente. Sur l’ile, se sont plutôt les locaux qui partent en mer avec leurs bateaux, pour pratiquer une pêche plus sportive ou traditionnelle. Ici, la pêche, c’est un mode de vie, ils sont pêcheurs de père en fils et connaissent bien la mer , ses secrets, mais surtout, ses caprices. Pendant notre séjour , nous avons rencontrés deux pêcheurs d’expérience et nous avons même eu le bonheur de pêcher en leur compagnie, à bord de leurs bateaux. St-Martin l’ile de contrastes. -le coté Hollandais, qui nous rappelle beaucoup le style de vie à l”Américaine, avec le “night-life”, les casinos, les boutiques hors taxes, et sa magnifique plage de Philipsburg. -la partie Française, ou l’ambiance plus Européenne nous rappelle un peu le style de vie de la cote d’azur. On y retrouve les petits restos typiques de Grand Case, la fameuse plage branchée, d’Orient bay, couverte par les parasols des nombreux “plagistes”, qui s’occupent de vous servir vos rafraîchissements dans le confort de votre transat. La pêche à St-Martin, vous donnera l’opportunité de vous mesurer à une variété d’espèces différentes comme la dorade (ou “mahi mahi”, qui veut dire “fort fort” en Hawaïen), le thon, la bonite et le wahoo. Mais, pour les vrais amateurs de sensations fortes, le roi des mers, c’est sans conteste, le “marlin”, qui est surtout pêché dans une zone bien précise, situé au large de l’ile d’Anguilla, que l’on surnomme “Marlin boulevard”. Que vous soyez un pêcheur chevronné, ou un simple amateur, en quête de sensations fortes, ici, la pêche vous réserve des surprises de taille. Vous êtes vous déjà demandé à quoi peut ressembler un combat avec un poisson pouvant peser jusqu’à 1300lbs? Pour le savoir,venez donc vivre l’expérience incroyable, de vous mesurer à ces titans survoltés. Prenez place dans votre chaise de combat, face au grand bleu et vivez l’expérience du moulinet qui se vide devant vos yeux, vous rendant hystérique, mais surtout, impuissant devant la combativité de ces poissons... Un autre avantage incontestable que vous offre St-martin, c’est l’incroyable variétées d’activitées offertes. Donc, en résumé, si votre conjointe n’est pas trop pêche, elle pourra s’adonner à une multitude d’autres activitées plus à son goût , ce qui vous laissera tout le temps pour faire jou-jou avec vos poissons...

À bord du Natalie Kate.

Pour notre première sortie de pêche au gros, départ de Philipsburg, coté Hollandais avec, Daniel-Paul et Marc et moi , à bord du “Natalie Kate”, un “Bertram” de 33 pieds, commandé par le capitaine Paul Ellinger. Nous quittons la marina au petit matin, pour aller sillonner les eaux entre les îles de St-martin, Saba et de St-Barthélémy. Pendant le trajet, Sparow prépare les appâts, dans une mer passablement agitée, des vagues de six à dix pieds nous bercent, le pied marin est de rigueur aujourd’hui... Notre ami Marc a collé une patch pour le mal de mer derrière son oreille... Il aurait peu-être du en coller deux!!! Notre capitaine avait raison, la mer agité de ce matin, est propice à la pêche. Cela fait à peinne 10 minutes que les lignes sont à l’eau qu’une première dorade nous fait l’immense plaisir de prendre la ligne. Sparow saisi la canne lui donne un grand coup pour piquer l’hameçon avant de me passer la canne. Le mahi-mahi étant un poisson très plat, il possède donc une grande surface corporelle, ce qui rends son combat encore plus redoutable. Il se débat comme un fou, j’ai un sourire sur mon visage je vous dit pas... Après dix ou douzes minutes de pur plaisir, notre spécimen arrive tout près du bateau, il est magnifique avec ses couleurs bleu vert fluo, mais, en approchant, il décide de re-plonger et de m’en remettre encore un peu. Quelques minutes plus tard il est au fond du bateau prêt pour la photo d’usage. Toute la journéede magnifiques dorades pensant jusqu’à 35 lbs nous offrent des combats enivrants, qui se transformeront sans aucun doute, en fameuse “histoire de pêche” avec le temps... Il faut aussi remarquer leurs couleurs spectaculaires, qui varient du vert au bleu et même au jaune fluorescent, mais qui malheureusement, disparaissent quelques instants à peine après leur sortie de l’eau. Je me suis souvent demandé comment on pouvais trouver du poisson en mer, nos deux capitaines m’ont donné quelques réponses. -Il y a les oiseaux, ce sont de bons indicateurs de bancs de poissons. -Les DCP (dispositifs de concentration de poissons), ces câbles lestés, auquel sont attachés divers objets, qui servent à créer une chaîne alimentaire artificielle. -Et plus étrangement, les débris marins, qui flottent et dérivent sur nos océans, tel les vieux morceaux de filets, palettes de bois et autres, sont source de vie. Dans ces deux derniers cas, les poissons y pondent leurs œufs, qui grandiront, pour ensuite former de nouvelles chaînes alimentaires, attirant ainsi d’autres plus gros poissons. -Mais rien ne vaut la bonne vieille expérience... Parfois, on a la chance de trouver un énorme banc de prédateurs en chasse et c’est la que ça devient intense, il est même assé fréquent durant ces périodes de frénésie, de faire plusieurs prises simultanés.

À bord du sweet lili.

Notre sortie suivante s’effectue le lendemain matin, à bord du “Sweet Lili”, un “Bertram” de 28 pieds, commandé par le capitaine Tony Page. Ce matin, il nous prend au quai juste en bas de notre studio à Marigot, coté français pour prendre la direction du “marlin boulevard”, avec l’anticipation qui s’y prête. Aujourd’hui aussi, les prises se font nombreuses, mais cette fois-ci, ce sont des thons et surtout des wahoos que nous capturons plutôt que des dorades. Mais tout comme les dorades, les wahoos sont des poissons très combatifs et ils vous offriront des instants de plaisirs inoubliables. Ce sont aussi des poissons à la chaire très fine, ils sont délicieux, mais prenez garde à ne pas trop les faire cuire... Nous profitions d’un petit moment de répit, quand “Tony” s’écrie “marlin” et comme un éclair, je bondis dans la chaise, prêt pour le combat auquel je rêvais depuis si longtemps. Tony pousse les moteurs à fond, pendant que mon moulinet hurle tout en se déroulant devant mon regard incrédule, mais surtout mon impuissance... Mon escarmouche avec ce marlin fut ponctué par quelques sauts spectaculaires de sa part, juste avant qu’il ne se décroche soudainement, après cinq à sept minutes de combat ectaculaire... Tony m’informa alors, qu’il s’agissait d’un spécimen d’environ 450 lb!!! Finalement c’est le roi des mers, qui en est sorti vainqueur, pour cette fois, mais dites vous bien, que ce n’est que partie remise....

Crochet à St-Barthélémy.

Dans les jours qui suivent nous nous dirigeons à St-Barthélémy l’ile voisine de St-Martin lieu de notre troisiéme et dernière journée de pêche avec Patrick LaPlace pêcheur professionel de pêre en fils. Patrick pratique une pêche beaucoup plus traditionelle, dans son embarcation un bateau de fibre de verre de 30 pieds sans cabine. Après notre arrivée, nous nous installons à l’hotel Karl Gustaf de Gustavia qui surplombe la magnifique marina du même nom et ses mega-yachts. L’hotel vous acceuille dans un environement luxueux et contemporain digne des grands de ce monde et la qualité de son hébergement y est plus que parfaite. Et que dire du restaurant de l’hotel, en plus de vous offrir la plus belle vue sur la marina de Gustavia on y mange, un menu gastronomique tout simplement savoureux présenté avec finesse et goût, le tout, servi par un personel soigné et souriant, que dire de plus. Nul besoin de vous dire que le femmes de notre groupe sont ravies du traitement royal... Malheuruesement étant donné les conditions nautiques défavorables, combiné à un horaire chargé, nous n’avons pas pu sortir avec Patrick. Mais il nous fait promettre de revenir le voir sous peu, pour remettre ça. Je peux juste vous dire que j’ai bien hate de revenir vivre cette nouvelle aventure avec lui et de vous en faire un compte rendu. Ces journées de pêche, remplies démotions fortes, ne font que confirmer mon plaisir à pratiquer cette activité extraordinaire. Merci à Paul et Tony, et Patrick, nos nouveaux amis des îles, pour des moments inoubliables, mais merci surtout, pour leur implication et leurs dons réguliers de poissons, aux œuvres charitables de l’ile.

Partager
Claude Rigaud | 16.11.2009 | 5161 visites | 1Favoris |
15
photos associées
Pêche au gros à St-MartinPêche au gros à St-MartinPêche au gros à St-MartinPêche au gros à St-MartinPêche au gros à St-MartinPêche au gros à St-MartinPêche au gros à St-MartinPêche au gros à St-MartinPêche au gros à St-MartinPêche au gros à St-MartinPêche au gros à St-MartinPêche au gros à St-MartinPêche au gros à St-MartinPêche au gros à St-MartinPêche au gros à St-Martin
0
commentaires à ce récit de voyage
Souhaitez-vous faire un nouveau commentaire ? Cliquer ici
Créer un compte

Aujourd’hui voyageur,
demain rédacteur...

Une sélection de 3 articles sera mise en avant chaque mois

Créer un compte
Envoi d'un site thématique

Thématiques : farfouillez avec nous !

Si vous connaissez l'adresse d'une "pépite du net", n'hésitez pas à la partager avec nous !

Envoi d'un site thématique
Envoi d'un site utile

Développons ensemble l'annuaire des sites utiles

Vous connaissez un site utile pour les voyageurs ? Indexez-le dans notre annuaire.

Envoi d'un site utile