Canada : Le charme de Terre Neuve

Canada
Canada : Le charme de Terre Neuve

canada
terre neuve
Partager
Michel Julien | 22.12.2003 | 2399 visites | 0Favoris |
Michel Julien

Canada : Le charme de Terre NeuveComme tous les enfants de son âge, le jeune Leif adorait entendre Bjarni raconter ses voyages; surtout ce récent périple où lui et ses compagnons avaient aperçu des terres jusque-là inconnues. Cet été de l'an 986, lors d'une traversée de l'Islande au Groenland, le brouillard, le courant et les vents firent que le bateau de Bjarni Herjolfsson dériva vers le sud-ouest. Le lendemain, alors que le mauvais temps se levait, l'équipage observa des terres basses recouvertes d'arbres qui ne ressemblaient pas au Groenland. Puis, naviguant vers le nord pendant deux jours, d'autres terres boisées furent aperçues. Trois jours plus tard, des terres recouvertes cette fois de montagnes et de glaciers prouvèrent à Bjarni qu'il était bel et bien perdu. Il fit route vers le nord-est et retrouva enfin le Groenland. Ce n'est que qu'une quinzaine d'années plus tard que Leif Eiriksson peut entreprendre la réalisation de son rêve; retrouver les terres découvertes par Bjarni Herjolfsson. Il achète le bateau de Bjarni, engage une partie de son équipage et met le cap sur l'ouest. Il atteint bientôt une côte désolée qu'il nomme Helluland, soit "la terre des roches plates". En route vers le sud, il rencontre une côte boisée qu'il appelle Markland : "terre boisée". Deux jours de mer plus tard, il accoste dans une baie invitante où les trente hommes mettent pied à terre. Des prairies entourées de forêts s'offrent à leur vue, Leif décide d'y passer l'hiver. On construit alors quelques habitations et un des compagnons, parti chercher du bois, ramène des raisins sauvages. On nomme donc le pays Vinland, "terre des vignes".

Une découverte d'importance

Canada : Le charme de Terre NeuvePrès de neuf siècles ont passé quand un autre scandinave débarque à Terre-Neuve. Il fait des recherches sur les lieux de débarquement Viking et croit que Terre-Neuve pourrait être le Vinland de la légende. Un habitant de L'Anse-aux-Meadows, George Decker lui signale qu'il y a près de chez-lui, d'étranges bosses et crètes recouvertes d'herbe et rappelant des ruines de maisons. Il s'avera qu'il s'agissait bel et bien de l'ancienne colonie scandinave établie au début du XIe siècle. En 1961, le docteur Helge Ingstad et sa femme entreprennent des fouilles qui conduiront à la mise à jour d'artefacts ressemblant à ceux découverts sur des sites semblables en Islande et au Groenland. Les fouilles se poursuivent jusqu'en 1976 et en 1977 le site devient le parc historique national de L'Anse-aux-Meadows. Les vestiges des huit bâtiments scandinaves sont aujourd'hui présentés dans l'état où les ont trouvés Anne et Helge Ingstad. Au centre d'accueil, une exposition permet de voir nombre d'artefacts trouvés lors des fouilles. On peut aussi y contempler une maquette du site tel qu'il était à l'époque des Vikings et avoir un aperçu des activités auxquelles ceux-ci s'adonnaient. De plus, des répliques grandeur nature de certains des bâtiments donnent au visiteurs une idée de la vie dans une colonie Scandinave du XIe siècle.

Le paradis des naturalistes

Canada : Le charme de Terre Neuve400 kilomètres plus au sud, une grosse montagne chauve semble sortir de nulle part, perdue dans un paysage dominé par les épinettes noires. Son roc gris, vieux d'un milliard d'année, lui a valu l'appellation de Gros-Morne. Le parc national du Gros-Morne avec ses 1800 kilomètres carrés de curiosités géologiques : fjords, montagnes et côte déchirée, est un paradis pour les naturalistes et les photographes. Situé sur la côte ouest de Terre-Neuve, le parc possède un réseau de sentiers de randonnée donnant accès à une variété d'habitats plus spectaculaires les uns que les autres. Le sentier James-Callaghan grimpe tout droit vers le sommet du mont Gros-Morne. Mieux vaut partir tôt; il faut plus de 7 heures de marche pour compléter cette randonnée de 18 kilomètres.

Une incursion dans le monde arctique

Ce qui frappe d'abord c'est l'austérité du paysage. Ici c'est comme une incursion dans le monde arctique; à mesure que l'on gravit la pente, la végétation se fait de plus en plus clairsemée. Au sommet, les quelques rares épinettes noires qui aient réussi à pousser prennent l'allure de bonsaïs façonnés par les vents constants et le froid. C'est au niveau du sol qu'il faut regarder pour découvrir les richesses végétales de la toundra alpine. Aux abords des étangs poussent deux plantes carnivores; la sarracénie, dont les feuilles en forme de tube servent à la capture d'insectes et la rossolis aux feuilles rondes couvertes de petits poils gluants. Un peu partout, la chicouté avec ses petits fruits comestibles et le thé du Labrador se fraient un chemin parmi les cailloux. La météo aussi étonne par sa diversité. Dans un même après-midi, on peut passer d'un soleil resplendissant à un brouillard à couper au couteau suivit de pluies diluviennes qui feront place à leur tour a un magnifique coucher de soleil. Le visiteur à donc intérêt à se vêtir en conséquence.

Un fjord à couper le souffle

Le lendemain d'une fatigante journée de marche, une ballade en bateau est certainement bienvenue. D'une durée de deux heures et demi, l'excursion sur l'étang Western-Brook ne manquera pas d'impressionner. Le fjord d'eau douce qui s'enfonce quelque 15 kilomètres dans le coeur des monts Long-Range, offre un des plus beaux panoramas de la province. De chaque côté de l'étang s'élèvent des falaises presque verticales entrecoupées de cascades plongeant dans l'étang 150 mètres plus bas. Par beau temps, le contraste entre le bleu de l'eau et le vert du luxuriant tapis de végétation est saisissant.

De pittoresques villages de pêche

Le trajet de 700 kilomètres qui sépare le parc national de Gros-Morne à la capitale St-John's se fait par une route malheureusement éloignée de la mer et de ses pittoresques villages de pêche. Il faut quitter la Trans-Canadienne et faire souvent des dizaines de kilomètres pour s'approcher du littoral. Environ à mi-chemin entre Gros-Morne et St-John's la route 340 rejoint la baie Notre-Dame, parsemée de petits villages où rien ne semble avoir changé depuis le XIXe siècle. Chaque anse, chaque île et chaque port à son attrait. Ici, c'est un lieu historique; là, des maisons blotties contre les rochers. Au large, les bateaux de pêche fréquentent les icebergs et les baleines.

Histoire et nature à Avalon

Canada : Le charme de Terre NeuveLa péninsule d'Avalon, c'est un peu le résumé de tout Terre-Neuve. De magnifiques parcs naturels, de jolis petits villages et la capitale St-John's se côtoient sur les rochers de l'extrême Est canadien. La région, une des premières à être colonisées, possède un patrimoine historique fort intéressant. D'abord colonie française puis conquise par les Britanniques; reprise par les Français et reconquise par les Anglais, la presqu'île d'Avalon a subit le feu des canons de nombreuses fois. St. John's, est la ville la plus à l'est de l'Amérique du Nord. Nichée au fond d'une baie protégée des tempêtes de l'Atlantique-Nord, la capitale de Terre-Neuve n'est pas une des destinations touristiques les plus populaires. Les Européens ne s'y pressent pas et bien des Canadiens n'y ont jamais mis les pieds. Pourtant, la capitale mérite qu'on s'y arrête. Fort différente des autres villes côtières canadiennes, St. John's n'a guère changée au fils des siècles. On sent tout de suite L'âme celtique de St. John's. La vielle ville a plus en commun avec les communautés côtières de l'Irlande et du Pays de Galles qu'avec les ports de la Nouvelle-Angleterre. D'ailleurs, les Terre-Neuviens descendent en majorité de marins et de pêcheurs originaires du sud-est des Iles Britaniques ou des Iles Anglo-Normandes. Le soir, en marchant des les ruelles sombres des alentours du port, on entends toujours le son du violon et du tympanon émanant de petits cafés où la musique traditionnelle règne en maître. Sans être une ville très moderne, St. John's offre tous les services que l'on s'attend à retrouver dans une capitale provinciale. Autour de la rue Water, qui serait la plus vielle artère commerciale de l'Amérique du Nord, se pressent des restaurants et cafés qui servent une cuisine locale et des plats plus exotiques. Bien sûr, les produits de la mer sont toujours à l'honneur. Des hôtels petits et grands, de même que plusieurs bed & breakfast offrent un hébergement de qualité. Comme pour faire oublier les jours de grisaille qu'impose le climat maritime, les petites maisons de bois du vieux St. John's sont peintes de couleurs vives. Bower street, entre autres, présente de très beaux exemples de l'architecture vernaculaire de la province. Les citoyens de St.John's sont particulièrement fiers de ces habitations colorées, symboles de l'identité propre de Terre-Neuve.

Un accueil chaleureux

Malgré le climat souvent gris et humide, malgré le chômage élevé et l'exode des jeunes vers les grandes villes du continents, les Terre-Neuviens sont des gens fiers et accueillants. Longtemps isolés du reste du monde, il ont développé une culture et un dialecte bien à eux. L'accent de certains vieux insulaires est tel que lors d'une entrevue à la télévision, on a du ajouter des sous-titres pour que le reste du Canada anglais puisse les comprendre ! Mon premier voyage à Terre-Neuve, je l'ai fait un peu par hasard. Un ami qui y a étudié m'a invité à aller visiter avec lui le pays de ses années d'université. Rien ne m'y attirais vraiment, mais la curiosité l'a emporté. Aujourd'hui, c'est un attachement profond pour cette terre sauvage et ses merveilleux habitants qui me pousse à y retourner, année après année.

Partager
Michel Julien | 22.12.2003 | 2399 visites | 0Favoris |
4
photos associées
Canada : Le charme de Terre NeuveCanada : Le charme de Terre NeuveCanada : Le charme de Terre NeuveCanada : Le charme de Terre Neuve
0
commentaires à ce reportage
Souhaitez-vous faire un nouveau commentaire ? Cliquer ici
Créer un compte

Aujourd’hui voyageur,
demain rédacteur...

Une sélection de 3 articles sera mise en avant chaque mois

Créer un compte
Envoi d'un site thématique

Thématiques : farfouillez avec nous !

Si vous connaissez l'adresse d'une "pépite du net", n'hésitez pas à la partager avec nous !

Envoi d'un site thématique
Envoi d'un site utile

Développons ensemble l'annuaire des sites utiles

Vous connaissez un site utile pour les voyageurs ? Indexez-le dans notre annuaire.

Envoi d'un site utile

info plustags associés